86e Rapport annuel 2015/16

26 juin 2016

Il est urgent de rééquilibrer les politiques publiques pour s'orienter vers une expansion mondiale plus robuste et durable, et remédier aux vulnérabilités qui se sont accumulées, estime la BRI dans sa principale publication économique de l'année. La Banque plaide aussi en faveur d'un renforcement du rôle des politiques prudentielles, budgétaires et structurelles.

Chapitres économiques: vue d'ensemble | tous les chapitres (158 pages)

Discours et présentation du Rapport annuel : Jaime Caruana, Directeur Général ; Claudio Borio, Chef du Département monétaire et économique ; Hyun Song Shin, Conseiller économique et Chef de la recherche

Présentation officielle à la presse par Claudio Borio, Chef du Département monétaire et économique de la BRI, et Hyun Song Shin, Conseiller économique et Chef de la recherche, le 22 juin 2016.

86e Rapport annuel, par chapitre

I. Lorsque demain arrivera
À l'aune des indicateurs standards, l'économie mondiale ne se porte pas aussi mal que la rhétorique le laisse parfois penser. La croissance mondiale, quoique en deçà de ce qu'on pourrait attendre, est comparable à ses moyennes historiques d'avant la crise, et le chômage poursuit sa décrue. Moins rassurant, cependant, est le contexte à long terme, avec son trio de conditions menaçantes : une croissance de la productivité anormalement faible, une dette mondiale historiquement élevée, et une marge de manœuvre extrêmement réduite pour l'action des pouvoirs publics. More...
II. Marchés financiers mondiaux : entre calme précaire et turbulences
Sur l'année écoulée, les marchés financiers ont oscillé entre calme et turbulences, dans un contexte où les prix des actifs, sur les principaux marchés, demeuraient très sensibles à l'évolution de la politique monétaire. Les investisseurs ont en outre suivi de près les signes croissants d'affaiblissement économique dans les principales EME, en particulier en Chine. Les rendements obligataires ont continué de chuter dans les économies avancées, tombant souvent à des points bas historiques, tandis que la proportion d'obligations d'État se négociant à des rendements négatifs atteignait de nouveaux records. More...
III. L'économie mondiale : réalignement en cours ?
La croissance du PIB mondial par adulte en âge de travailler a légèrement dépassé sa moyenne historique, et les taux de chômage ont, dans l'ensemble, diminué au cours de l'année écoulée. Les perceptions des conditions économiques ont cependant été influencées par la baisse persistante des prix des produits de base, les vives fluctuations des taux de change et un taux global de croissance mondiale inférieur aux attentes. Cette évolution laisse penser qu'un réalignement des forces économiques et financières est à l'œuvre depuis de nombreuses années. More...
IV. Politique monétaire : l'assouplissement se poursuit, la marge de manœuvre se réduit
La politique monétaire est restée extrêmement accommodante, tandis que sa marge de manœuvre se réduisait et qu'un nouveau report de sa normalisation devenait plus probable. Certaines banques centrales ont continué de maintenir des taux directeurs historiquement bas tout en poursuivant l'expansion de leur bilan, dans un contexte de divergence des politiques monétaires entre les grandes économies avancées. L'évolution de l'inflation a eu une grande influence sur les décisions de politique monétaire, car les fluctuations des taux de change et la baisse des prix des produits de base se sont répercutées sur la hausse de l'indice des prix à la consommation. More...
V. Vers une politique budgétaire axée sur la stabilité financière
La politique budgétaire devrait être un élément essentiel du cadre de stabilité macrofinancière en cette période d'après-crise. Comme l'histoire l'a montré, les crises bancaires peuvent bouleverser la situation des finances publiques. L'accumulation de risques budgétaires peut, quant à elle, fragiliser le système financier : directement, en affaiblissant la garantie des dépôts ainsi que les bilans des banques, par le biais de pertes sur la dette publique qu'elles détiennent ; et indirectement, en limitant la capacité des autorités à stabiliser l'économie à l'aide d'une politique budgétaire contracyclique. More...
VI. Secteur financier : il est temps de passer à la suite
L'achèvement du dispositif Bâle III est pratiquement complet. S'il reste à prendre certaines décisions finales en matière de calibrage, l'essentiel réside désormais dans une mise en œuvre homogène et approfondie, ainsi que dans une supervision plus rigoureuse. La réglementation offrant désormais des perspectives moins incertaines, les banques doivent poursuivre l'adaptation de leurs modèles opérationnels au nouvel environnement de marché. Elles doivent notamment résoudre les problèmes hérités du passé, tels ceux relatifs aux prêts improductifs, un ajustement qui va devoir se dérouler dans des conditions macroéconomiques difficiles, liées au niveau faible, voire négatif, des taux d'intérêt. More...