Principales tendances des statistiques internationales BRI

BIS Quarterly Review  | 
19 septembre 2011
PDF full text
 (270kb)
 |  20 pages

Stefan Avdjiev, Andreas Schrimpf et Nicholas Vause

Au premier trimestre 2011, les créances transfrontières agrégées des banques déclarantes BRI ont augmenté, essentiellement du fait d'une importante hausse des prêts aux résidents des États-Unis.

Les créances transfrontières des banques déclarantes BRI sur les résidents des économies émergentes ont connu leur plus forte hausse depuis la crise financière mondiale. Cette expansion ($178 milliards, 6,3 %) s'explique principalement par une progression de l'interbancaire ($147 milliards, 10 %). Les créances transfrontières sur l'Asie-Pacifique se sont accrues de $126 milliards (12 %) au premier trimestre - chiffre record, qui reflète en grande partie une envolée des prêts à la Chine ($80 milliards, 24 %). Les créances transfrontières sur les résidents des autres régions émergentes ont également augmenté.

Les troubles politiques en Afrique du Nord et au Moyen-Orient ont entraîné des sorties de fonds de plusieurs pays de la région. Les banques internationales ont déclaré la plus forte hausse trimestrielle jamais enregistrée de leurs engagements envers les résidents de l'Égypte ($6,4 milliards, 26 %). Les engagements envers les résidents de la Libye se sont notablement accrus, eux aussi ($2,2 milliards, 3,7 %).

Sur le marché des dérivés de gré à gré, un recours accru à la compensation bilatérale et aux sûretés a réduit le risque de contrepartie. Les statistiques BRI montrent que le montant des opérations de compensation bilatérale augmente sur ce marché depuis fin 2007, de même que le taux de constitution de sûretés.