Rapport trimestriel BRI, septembre 2016

18 septembre 2016

Rapport trimestriel BRI, septembre 2016 : Des marchés dissonants ?

Présentation officielle à la presse par Claudio Borio, Chef du Département monétaire et économique de la BRI, et Hyun Song Shin, Conseiller économique et Chef de la recherche, le vendredi 16 septembre 2016.

Évolutions sur les marchés bancaires et financiers internationaux

Des marchés dissonants ?
Les banques centrales ont réaffirmé leur ascendant sur les marchés financiers au cours des derniers mois, après deux trimestres ponctués par des épisodes de forte volatilité. Les marchés se sont révélés très résilients face à plusieurs événements politiques potentiellement déstabilisants. Néanmoins, il était toujours permis de se demander si la configuration des prix des actifs reflétait correctement les risques sous-jacents. Grâce à une croissance mondiale dont le raffermissement, quoique modéré, paraît durable et à une politique monétaire favorable, les investisseurs ont apparemment retrouvé leur appétit pour le risque pendant la ... More...
Principales tendances des flux financiers mondiaux
Les créances bancaires internationales (créances bancaires transfrontières et créances locales en devises) ont progressé au premier trimestre 2016, pour la première fois depuis fin mars 2015. Sur les 12 mois précédents, elles ont reculé au total de 4,5 %, sous l'effet d'une contraction de 8 % des créances interbancaires. L'encours des titres de créance internationaux a continué d'augmenter, avec un volume net positif d'émissions au premier et au deuxième trimestres 2016. À la fin du deuxième trimestre 2016, il avait dépassé de 2,1 % son niveau observé un an plus tôt. Le taux de croissance en glissement annuel des prêts bancaires en dollar aux emprunteurs hors des États-Unis et celui des prêts bancaires en euro aux emprunteurs hors de la zone euro sont devenus ... More...

Initiatives statistiques

Nouvelles améliorations apportées aux statistiques BRI
La BRI étoffe son offre en matière de statistiques afin de soutenir l'analyse des questions de stabilité monétaire et financière, en étroite coordination avec des banques centrales et des organisations internationales. Une partie de ces améliorations ont été mises en oeuvre dans le cadre de l'initiative du G20 sur le déficit d'information. Dans cette édition du Rapport trimestriel, la BRI présente des données nouvelles ou améliorées : - des statistiques bancaires territoriales étoffées, permettant de mieux connaître la répartition géographique de l'activité bancaire internationale, en particulier les ... More...

Études

Disparition de la parité des taux d'intérêt couverte : comprendre l'écart de taux entre monnaies
En finance internationale, la parité des taux d'intérêt couverte a pratiquement le statut de loi de la physique. Pourtant, elle est systématiquement transgressée depuis la Grande Crise financière. Les transgressions observées depuis 2014, alors même que les banques avaient consolidé leurs bilans et retrouvé un accès aisé au financement, sont particulièrement déconcertantes. Les auteurs de l'étude offrent, sur ces violations, un cadre de réflexion qui souligne la combinaison entre demande de couverture et resserrement des limites de l'arbitrage, reflétant une gestion plus stricte des risques ainsi que les contraintes pesant sur les bilans bancaires. L'étude met en évidence les fondements empiriques de ce cadre, tant pour différentes monnaies qu'au fil du temps. More in English...
Interventions sur le marché des changes dans les EME : ce qui est nouveau
Depuis la Grande Crise financière, les économies de marché émergentes (EME) sont plus actives sur les marchés des changes. Tandis que l'accroissement de la dette en dollar et de l'exposition aux flux financiers mondiaux influe sur la demande et l'offre de devises, la stabilité financière est une motivation de plus en plus fréquente pour les interventions. Ainsi, l'ajustement des tactiques et instruments d'intervention fait écho à l'importance croissante que revêtent les considérations de stabilité financière. Outre que les interventions en temps opportun peuvent s'avérer efficaces pour améliorer la liquidité du marché des changes, la détention de réserves de change est en gage de crédibilité pour les pays ayant une note de crédit médiocre. Du fait que le coût de la détention de réserves a augmenté, les pays jouissant de notes de crédit relativement bonnes peuvent être incités à réduire la taille de leurs réserves. More in English...
Développement du marché financier intérieur et financement obligataire sur les marchés étrangers
Après la Grande Crise financière, les entreprises des économies de marché émergentes (EME) ont sensiblement accru leur activité d'émission obligataire sur les marchés étrangers, contrairement aux entreprises des économies avancées, pour lesquelles la progression de cette activité a été plus modeste. Une analyse empirique laisse penser que le moindre développement des marchés financiers dans les EME peut avoir encouragé les entreprises de ces pays à émettre davantage à l'étranger pour bénéficier de la baisse des coûts de financement extérieur. Les entreprises paraissent avoir utilisé le produit de leurs émissions obligataires à l'étranger pour acquérir davantage d'actifs à court terme, ce qui pourrait susciter des préoccupations quant à la stabilité financière. More in English...
Assouplissement quantitatif de la BCE et prêts bancaires transfrontières en euro
Il semble que la répartition par monnaie des prêts transfrontières influe sur les retombées internationales des mesures de politique monétaire. Alors que la littérature existante se concentre principalement sur le dollar, cette étude se penche, elle, sur l'euro. Leurs auteurs constatent que l'assouplissement quantitatif opéré par la BCE en janvier 2015 a eu une incidence positive plus marquée sur les prêts bancaires transfrontières dans lesquels les paires prêteur-emprunteur occupaient une place plus importante dans les créances bancaires libellées en euro. Cet effet était particulièrement prononcé pour les prêts aux économies avancées hors de la zone euro. En revanche, les effets estimés sur les prêts transfrontières aux emprunteurs des EME n'étaient pas significatifs. More in English...