Le bas niveau des taux stimule les marchés de la dette tandis que les banques perdent du terrain

8 décembre 2013

Après un passage à vide durant l'été, les marchés des obligations et des actions dans les économies avancées ont rebondi, gagnés à l'idée que la Fed poursuivrait ses achats d'actifs au même rythme et maintiendrait ses taux directeurs à un bas niveau. La quête de rendement de la part des investisseurs en obligations a facilité, pour les entreprises, l'obtention de crédits bon marché et à des conditions plus souples. Dans le même temps, alors qu'elles peinaient à regagner la confiance des marchés, les banques se sont trouvées confrontées à des coûts d'emprunt plus élevés que les établissements non financiers à perspectives de crédit équivalentes. Et même si l'écart de coût s'est récemment amenuisé, en particulier aux États-Unis, il a continué d'exercer une pression à la hausse sur les taux des prêts. Les grandes sociétés non financières ont ainsi été incitées à se tourner vers les marchés de la dette, entraînant un regain des émissions d'obligations d'entreprise.