Les perspectives de croissance et d'inflation mobilisent toute l'attention

6 juin 2011

Début mars, le séisme et le tsunami qui ont dévasté le Japon ont été suivis d'un désengagement généralisé des investisseurs sur les actifs à risque. Cependant, l'incertitude quant à l'impact économique de cette catastrophe s'estompant rapidement, les investisseurs ont, dès la fin mars, recentré leur attention sur les perspectives mondiales de croissance et d'inflation ainsi que sur l'orientation que pourrait prendre la politique monétaire.

Les perspectives mondiales de croissance et d'inflation se détériorant, les rendements obligataires se sont repliés dans les grands pays développés. Les cours de nombreux produits de base ont plafonné, voire baissé, modérant les perspectives d'inflation à court terme. Les investisseurs ont continué de miser sur la forte croissance des économies émergentes, tandis qu'ils revoyaient à la baisse leurs anticipations pour les États-Unis. Dans les économies émergentes, des tensions inflationnistes dues à une croissance soutenue et au renchérissement antérieur des produits de base ont incité les autorités à resserrer encore la politique monétaire.

Le creusement des écarts de croissance et de taux d'intérêt entre économies émergentes et développées a entraîné une dépréciation généralisée du dollar et favorisé les entrées de capitaux, sous forme d'obligations et d'actions, dans le monde émergent.

En mai, les préoccupations concernant une éventuelle restructuration de la dette grecque ont pesé de plus en plus sur le sentiment des marchés. Les primes de risque des obligations souveraines grecques ont atteint des sommets et les craintes de contagion ont entraîné une hausse des primes pour d'autres pays et une dépréciation marquée de l'euro.