IV. Politique monétaire : sur la voie de la normalisation

25 juin 2017

La politique monétaire reste globalement très accommodante, les taux d'intérêt nominaux et réels demeurant très bas et les banques centrales continuant d'afficher des bilans de grande taille, voire en hausse. Dans un contexte d'amélioration de la croissance, l'évolution de l'inflation est devenue le principal moteur des décisions des banques centrales. Si les taux d'inflation ont, pour la plupart, commencé à mieux cadrer avec le mandat de stabilité des prix confié aux banques centrales, la nette diminution de la sous-utilisation des ressources sur le marché du travail a soulevé des questions quant aux risques d'une hausse de l'inflation. Cependant, l'évaluation de ces risques sur la base de l'évolution historique du marché du travail suggère qu'ils ne devraient pas constituer la principale menace pour la croissance mondiale en cours. Compte tenu des niveaux élevés d'endettement et d'incertitudes inhabituelles, la normalisation des politiques monétaires présente des défis inédits. Une stratégie progressive et transparente a incontestablement ses avantages mais ne constitue pas un remède universel, dans la mesure où elle pourrait également encourager de nouvelles prises de risques et ralentir la constitution d'une marge de manœuvre pour les responsables politiques.