Vers une plus grande résilience du secteur bancaire

23 juin 2013

Les banques se remettent peu à peu de la crise. Pour consolider leur résilience, les établissements financiers doivent constituer d'amples volants de fonds propres de haute qualité afin d'absorber d'éventuelles pertes, ainsi que des volants de liquidité bien gérés, qui les protégeront en cas de revirement de la confiance des marchés. Il convient en outre d'améliorer les régimes de résolution afin que, en cas de faillite d'un établissement d'importance systémique, la situation puisse se régler de manière ordonnée.

Mais la mesure et la gestion des risques au sein d'un système financier de plus en plus mondialisé et complexe demeurent un défi pour le cadre prudentiel. L'utilisation conjointe d'indicateurs sensibles aux risques et de simples indicateurs de bilan peut jouer un rôle décisif dans la maîtrise des risques qui pèsent sur le système financier. En effet, ces deux types de mesures se complètent et génèrent ainsi davantage d'informations sur le degré de risque encouru par une banque que ne le ferait chacune d'elles prise séparément. Des mesures de séparation structurelle des fonctions bancaires peuvent contribuer à réduire la complexité au niveau des établissements, mais leur impact sur la stabilité et l'efficience du système reste à déterminer.