Les limites de la politique monétaire

24 juin 2012

Les principales économies avancées offrent des conditions monétaires extrêmement accommodantes, qui se transmettent aux économies émergentes sous la forme d'une volatilité non bienvenue des taux de change et des flux de capitaux. Du fait de la résistance des économies émergentes à ces effets néfastes, la politique monétaire est fortement accommodante à l'échelle mondiale. De l'avis général, l'action vigoureuse des banques centrales a été décisive pendant la crise pour éviter la débâcle financière, mais aussi, par la suite, pour soutenir des économies fragiles. Les banques centrales n'ont guère eu d'autre choix que de maintenir l'assouplissement monétaire, étant donné que les gouvernements n'ont pas apporté de remède rapide et global aux obstacles structurels à la croissance. Mais la décision de prolonger la détente monétaire doit être soigneusement soupesée en regard des distorsions qu'elle provoque et qui risquent, ultérieurement, de susciter une instabilité financière et des prix.