Retour sur l'année écoulée

24 juin 2012

Dans les économies avancées, les premiers mois de 2011 ont paru annoncer les prémisses d'une reprise autonome, une promesse qui s'est avérée sans lendemain. Il semblerait que ce schéma se répète en 2012, puisque les premiers signes d'amélioration ont commencé à s'estomper en présence des mêmes obstacles, à l'oeuvre depuis deux ans. La crise a mis au jour les vulnérabilités des finances publiques. Face à des budgets intenables, les autorités ont dû procéder à des coupes franches, tandis que les autres secteurs de l'économie poursuivent leur désendettement. Dans la zone euro, les tensions budgétaires ont débouché sur une crise de la dette souveraine, ce qui a gravement entamé la confiance des investisseurs et des consommateurs à l'intérieur comme à l'extérieur de l'union monétaire. Les pertes enregistrées sur les obligations d'État ont poussé de nombreuses banques à limiter leurs prêts, ce qui a encore pesé sur la reprise. Dans le même temps, les économies émergentes ont été nombreuses à voir s'essouffler une dynamique pourtant bien engagée.