Construire un système financier sûr : risques et opportunités

29 juin 2009

Les instances de réglementation du secteur financier, les autorités budgétaires et les banques centrales sont confrontées à de très grands risques. Pour éviter d'accentuer ou de prolonger la crise, elles doivent agir vite, mais sans entraver l'ajustement, ni ajouter aux distorsions dans les flux financiers. En ce qui concerne les plans de sauvetage et les programmes d'assainissement financier, il est nécessaire qu'elles fassent preuve de persévérance pour que la tâche soit menée à bien. Les autorités budgétaires doivent ramener les budgets à des niveaux tenables à long terme, et les autorités monétaires, prévoir leur désengagement des mesures d'assouplissement non conventionnelles, puis l'opérer au moment opportun.

Dans une perspective de plus long terme, il faut, afin d'assurer la stabilité continue du système financier, redéfinir les politiques macroéconomiques ainsi que les politiques réglementaires et prudentielles, en visant à atténuer le risque systémique. Pour les premières, il s'agit de contrer toute explosion du crédit et des prix des actifs ; pour les autres, une approche macroprudentielle est requise. La réforme doit, avant tout, s'attacher à identifier le risque systémique présent dans tous les pans du système financier, risque qui découle : de la complexité, de l'opacité et de la concentration de la propriété des instruments ; du risque de contrepartie et des pratiques d'ajustement des marges sur les marchés ; du risque de défaillance collective résultant des corrélations et des expositions communes ; de la procyclicité inhérente au mode de gestion des risques dans les établissements, qui peut être accentuée par la réglementation microprudentielle.