La nouvelle ère des provisions pour pertes de crédit attendues

6 mars 2017

À la suite de la Grande crise financière, les instances de normalisation comptable ont exigé que les prêts consentis par les banques et autres établissements fassent l'objet de provisions fondées sur les pertes de crédit attendues. Si les règles adoptées par les deux principales instances diffèrent, elles prévoient que les banques enregistrent une provision pour pertes de crédit attendues dès qu'un prêt est émis, au lieu d'attendre la survenue d'« événements déclencheurs » signalant des pertes imminentes. À court terme, les provisions pourraient augmenter mais l'impact sur les fonds propres réglementaires devrait être limité. Cependant, les nouvelles règles modifieront probablement le comportement des banques en période de ralentissement du crédit, ce qui pourrait atténuer la procyclicité. Banques, autorités de contrôle et acteurs du marché doivent se préparer à endosser leurs rôles respectifs dans la mise en œuvre de cette nouvelle approche et dans l'évaluation de son impact.

JEL : G21, G28, M40, M48.