Tensions sur les marchés financiers

29 juin 2009

L'analyse de la crise permet de tirer plusieurs conclusions et met en évidence un certain nombre de risques qui pèsent sur le système financier. Dans un système financier moderne, intermédiation par les banques et intermédiation via les marchés devraient être considérées comme complémentaires plutôt qu'antagonistes ou interchangeables. La crise a révélé que les avantages présumés de la diversification découlant de la création de conglomérats financiers - des « hypermarchés de la finance » - étaient illusoires. Quand la crise s'est déclarée, elle a frappé toutes les lignes de métier. De la même manière, elle a démontré que les avantages de la segmentation du risque par l'ingénierie financière avaient été surestimés. Pour autant, vouloir ramener les établissements financiers hypertrophiés à des dimensions plus modestes ne revient pas à préconiser une forme d'autarcie. Il faut combattre tout mouvement de repli de la finance derrière les frontières nationales, qui risquerait de déboucher sur le protectionnisme.