La BRI tient son Assemblée générale ordinaire et diffuse son 73e Rapport annuel

30 juin 2003

Communiqué de presse

« L'économie mondiale s'est essoufflée, l'an passé, malgré des politiques particulièrement incitatives » déclare la Banque des Règlements Internationaux (BRI) dans son Rapport annuel, publié ce jour. Si le secteur financier a généralement bien résisté, des facteurs géopolitiques, économiques et financiers ont freiné la croissance et suscité de grandes incertitudes concernant l'avenir.

Nout Wellink, Président de la BRI, s'est adressé aux représentants de plus de cent banques centrales et institutions internationales participant à l'Assemblée générale ordinaire de la Banque, à Bâle (Suisse). Il a souligné que la faiblesse de l'inflation et la crédibilité chèrement acquise de la communauté des banques centrales avaient permis à celles-ci de réagir vigoureusement pour soutenir la demande mondiale. Il est devenu clair, cependant, que le récent ralentissement économique était de nature atypique pour l'après-guerre.

S'agissant des perspectives, Nout Wellink a observé des signes encourageants, notamment la modération des prix du pétrole et un regain de confiance des marchés financiers dans l'efficacité de mesures d'assouplissement. Dans le même temps, des risques demeurent. Les marchés pourraient être encore trop optimistes sur la rentabilité future ; les prix immobiliers pourraient fléchir à un moment ou un autre ; les dépenses de consommation pourraient ne pas se maintenir ; les déséquilibres mondiaux des paiements courants pourraient ne pas se résorber de façon harmonieuse. La matérialisation de certains de ces risques placerait les autorités en territoire totalement inconnu. « Les temps qui viennent peuvent appeler à une plus grande coopération entre autorités dans les domaines monétaire, budgétaire et, dans certains cas, prudentiel », affirme M. Wellink.

Malcolm Knight, Directeur Général de la BRI, a présenté les activités de la Banque, soulignant sa dimension toujours plus internationale ainsi que sa gamme de nouveaux produits et services, comme le projet de gestion d'un nouveau Fonds d'obligations Asie pour le compte des banques centrales d'Asie du Sud-Est. Il a décrit les initiatives de la Banque pour renforcer la transparence : adoption du DTS comme unité de compte et révision des conventions comptables pour donner une meilleure vue d'ensemble de ses opérations financières. Il a salué le soin et l'énergie apportés, notamment dans le cadre de la vaste consultation entreprise, à l'élaboration du Nouvel accord de Bâle sur les fonds propres ; il a souligné, en outre, la contribution de la BRI en faveur de la stabilité monétaire et financière, en permettant une collaboration plus étroite entre banques centrales, comités et autres groupes d'autorités financières établis à Bâle.

La Banque a fait état d'un bilan totalisant 92,8 milliards de francs or (FO) au 31 mars 2003 et d'un bénéfice net de FO 362,0 millions (1 FO = USD 1,94149).

Le Rapport annuel et l'allocution de Nout Wellink sont disponibles en allemand,
anglais, espagnol, français et italien sur le site BRI (www.bis.org).